Ne pas connaître le sexe jusqu’à l’accouchement, pourquoi ?

Cet article me tenait à coeur pour une seule et même raison, celle de l’incompréhension des autres. Quand il s’agit de personnes extérieures, on ne prend parfois pas la peine de donner une explication. Mais lorsqu’il s’agit de la famille proche, c’est bien différent. On désire communiquer notre « excitation ». Nous n’avons pas tellement envie de laisser notre entourage dans cette imperméabilité, alors que pour nous, ce n’est pas une chose anodine dénuée de sens.

J’avais envie de vous dire, la raison de ce choix. Mais également, pourquoi je recommande à tous parents de vivre cette expérience au moins une fois dans leur vie.

Capture d_écran 2018-04-08 à 21_Fotor

☁ La symbolique du dernier enfant

Il est évident, pour mon conjoint et moi-même, que cette grossesse sera la dernière. Cet enfant sera l’aboutissement familial du cocon que nous avons toujours imaginé depuis bientôt 10 ans.

Il parait plutôt normal, pour beaucoup, que le premier enfant ai une place particulière dans n’importe quel foyer. Il s’agit de celui qui nous fait découvrir un monde totalement inconnu, à travers la grossesse, mais également avec la parentalité elle-même. On devient parents grâce à ce premier bébé. On se lance dans le grand bain.. celui dans lequel on a pas forcément pieds. Et si on se noie, c’est à nous de trouver les bouées. De ce fait, cet aîné, aura toujours une place exclusive dans notre vie, malgrè lui, que ce soit dans nos coeurs et nos esprits. C’est une chose inexplicable, irréversible et inévitable.

Ainsi nous voulions, à notre manière, octroyer une place unique à ce deuxième bébé, au delà d’être le dernier. Ne pas connaitre le sexe est une chose impalpable qui est venue nous titiller la curiorisé rapidement. Ça nous prend aux tripes. Et a chaque échographie on se rend compte qu’on tend vers un ailleurs. Quelque chose de plus grand, de plus fort et de totalement différent que pour le premier. Un inconnu qui excite particulièrement, à sa façon. On n’attend aucune confirmation de sexe, ni aucun imaginaire de genre. Non, on apprivoise la nature. Cette chose animale qui nous explose en plein visage.

☁ Nous n’avons aucune préfèrence

C’était déjà le cas pour notre premier, mais il est vrai que lorsqu’on connait le quotidien et le lien que nous pouvons avoir avec un aîné, on arrive mieux à tendre vers une préférence pour le second. Que ce soit pour connaitre le même lien en désirant le même sexe. Ou bien justement, pour pouvoir découvrir cet autre « chose ».. ce quotidien qui nous ai inconnu, cet imaginaire qu’on convoite.

En ne connaissant pas le sexe, cette question ne se pose définitivement plus. On attend une personnalité. Un être à part entière qui n’est pas enfouit dans un quelconque imaginaire. L’inconnu de la projection est une chose qui nous semblait important. D’une part pour mieux apprécier cette grossesse qui est encré dans un cercle familial qui existe déjà avec un ou plusieurs enfants. Mais également parce qu’on a moins le temps de se projeter, d’imaginer et de rêver ce deuxième je trouve.

☁ La magie tout simplement

On dit souvent que lorsque le prénom est trouvé, 50% de l’imaginaire disparaît. La magie de la naissance est une chose que je voulais vivre pleinement, et elle passait à mon sens par là . La nature nous donne cette fabuleuse chance de ne pas avoir d’emprise sur cela. Nous voulions nous laisser surprendre par la vie tout simplement.

☁ Les gens n’encombrent plus sur nous

C’est un fait ! L’enfant se nourrit de tout ce que la mère peut lui offrir. Lorsque l’entourage ne connait pas le sexe; il ne peut innévitablement pas « parler d’eux » . Que ce soit à travers leurs expériences, ou le vécu de la cousine germaine méga lointaine. Pour ma première grossesse, mon entourage ne s’en est pas privé ! Et beaucoup racontent des bétises, et donnent des « logiques » illogiques ce qui créee des angoisses chez la femme enceinte. On se rend très vite compte qu’il y a un conflit de génération !

J’ai l’impression de ne pas m’envahir de mauvaises ondes, pour cette deuxième grossesse. De toute évidence, les gens ne se permettent plus de donner leurs idées de prénoms, de décorations, et même leurs propres expériences quant à la manière dont ils ont appréhendé la maternité.. Ils ne nous imposent plus l’imaginaire de cet enfant. Je trouve qu’on est plus libre lorsqu’on ne sait pas le sexe (ou qu’on ne le dit pas à l’entourage). J’ai cette certitude que mon enfant ne s’impregne que de choses bonnes. J’ai également remarqué que l’entourage s’acharne moins sur les questions, et les informations.. comme si cet inconnu était une barrière.

☁ Le prénom de l’enfant est inscrit dans le creux de sa main.

Je pense que le prénom est une chose à protéger. Il ne faut pas avoir peur de le garder pour soi ou de le changer au dernier moment, tout simplement parce que votre enfant peut ne pas avoir du tout le tête à s’appeller comme ça. Et je trouve dommage que peu de gens se lance dans ce choix sous peine d’être jugé auprès des siens.

Ne pas le dire à l’entourage est une manière de préserver et protéger l’enfant à mon sens. Lorsque vous ne connaissez pas le sexe de votre bébé, vous prenez conscience de manière innévitable que vous n’attendez pas votre fils ou votre fille. Vous vous apprétez à découvrir une personnalité, un être humain. Une personne entière qui n’a ni préjugés, ni imaginaire pré-défini par ses parents ou son entourage. C’est un être pur qui , comme un diamant a besoin d’être découvert avant d’être poli.

Les gens ont une tendance instinctive à donner leurs avis dès lors que vous dévoiler ce doux secret. « C’est pas beau. – C’est original. – Je préfèrais l’autre. – Oh non tu ne vas pas l’appeller comme ça ? » C’est une chose qui peut être blessante et qui n’est en aucun cas demandé par les parents à la base.

Pour mon premier je me suis sentie presque forcée de devoir le dévoiler. J’étais naïve. C’est quelque chose qui me tient finalement beaucoup à coeur. Lorsqu’on ne connait pas le sexe, on ne sait pas tellement si on doit choisir un seul prénom, mixte. Ou si nous devons en choisir deux. Dans le deuxième cas, je trouve cela précieux de le garder pour soi, pour ne pas faire vivre une personnalité qui n’existera définitivement pas. Du moins, c’est mon point de vue.

 

Capture d_écran 2018-04-12 à 09_Fotor

Mon petit avis ;

J’ai toujours pensé que la grossesse passerait de manière beaucoup plus lente si nous ne connaissions pas le sexe de notre enfant. Et pourtant ! Je me rends compte qu’on est moins dans l’attente. L’attente d’un imaginaire, d’un genre. On idéalise moins l’avenir de cet enfant.. qui de toute évidence dispose déjà de souhait pré-définit de manière inconsciente par les parents. On est aussi moins dans « l’attente » des examens etc.. On profite davantage. On est plus à l’écoute de notre corps. On tend vers quelque chose de  plus grand, plus naturel et animal.

Si j’avais un conseil à donner à tous ceux qui ne font pas le choix d’attendre la naissance pour découvrir le sexe de leur bébé, c’est de ne pas trouver toutes les théories inimaginables pour dire si c’est une fille ou un garçon à la personne qui a fait ce choix. Que ce soit en fonction de leurs symptômes de grossesse, ou bien par la forme de leur ventre, l’agitation de bébé, leurs envies culinaires..

Parce que cet inconnu est une chose qui nous envoute totalement. On ne souhaite pas s’imaginer des trucs avec des « on dit ». Laissez nous, nous faire guider par la magie de la vie.

 

20 réflexions sur “Ne pas connaître le sexe jusqu’à l’accouchement, pourquoi ?

  1. C’est marrant, même en ayant su le sexe de Gabriel, dit le prénom et partagé ces moments avec les miens, je n’ai pas eu cette sensation que tu décris.
    Au contraire, quand j’ai su le sexe, ça a été une révélation pour moi dans ma grossesse et je pense que je fait d’être très curieuse a beaucoup joué.
    Je pense que c’est une question de ressenti pour chaque parent.

    Les miens n’ont jamais voulu savoir ni pour moi ni pour mon frère, surtout car les erreurs étaient fréquentes il y a 20/30 ans. Du coup, j’ai refusé l’estimation et attendu d’être sûre, de bien voir le petit zizi ! 😂

    Si tu vis cette dernière grossesse totalement épanouie, c’est que ton choix est le meilleur pour toi et le papa.

    Je te souhaite une belle rencontre d’ici quelques mois ! ❤️

    J'aime

    • Comme j’aime écrire mes billets, pour aussi échanger avec des avis aussi différents du miens. C’est super que tu l’ais vécu aussi pleinement :) <3 Je dois bien avouer que le diagnostic de mon fils nous a un peu refroidit aussi.. nous ne l'avons peut être pas vécu comme nous aurions aimé.
      Et pour la question du prénom, c'est surtout parce que j'ai un entourage très intrusif :) je me suis sentie forcée de beaucoup de choix pour ma première grossesse. Et c'est vrai que cette fois ci, le fait qu'ils ne le sachent pas, n'encombrent plus sur nous !:)
      Gros bisous <3

      J'aime

  2. Tiens, je ne m’attendais pas du tout à pouvoir être « convaincue » (ou du moins titillée) par le fait de ne pas vouloir connaître le sexe lors d’une grossesse, mais tes ressentis, ton vécu (pas tout à fait lointains de ce que moi j’ai vécu – surtout sur les remarques des proches pour le prénom !) me font rendre cela « envisageable »! Dans notre situation, comme je l’avais raconté dans l’article annonçant le sexe, c’est hyper important pour mon mari; sans cela il n’arrive pas à se projeter, à envisager et même, il n’arrive pas à « rêver » le bébé à venir. Et le garder pour nous aurait été une mission suicide connaissant nos familles 😬

    J'aime

    • Aha 😂 ça te paraît fou alors si je te dis que c’est une idée qui vient de mon conjoint. Au départ je n’y vais jamais pensé . Et puis finalement c’est quelque chose qui nous bottait bien :) j’ai hâte d’en écrire davantage sur le moment de la découverte ! (J’espère juste ne pas finir en césarienne.. je serai très déçue de le découvrir comme ça) 🙊

      Aimé par 1 personne

  3. Je n’aurais pas pu garder le sexe car je voulais savoir mais je comprends et respecte ceux qui souhaitent le faire ! En fait j’avais besoin de ça pour me projeter et me dire qu’il était bien là !
    Par contre pour un deuxième, je garderai surement le prénom secret :D
    des bisous ma douce

    J'aime

  4. Comme je te comprends !
    J’en avais écrit un article l’an dernier, nous avons gardé la surprise du sexe de bébé . Une aventure très sympa à vivre ! Comme tu le décris si bien , se concentrer sur sa personnalité: qui va être ce bébé ? Quel sera son caractère ? Ses atouts ? Nous avons totalement adoré, nous recommenceront certainement si BB2 !
    En revanche notre entourage, surtout la famille de mon mari, était éberlué : nous étions des parents bien étranges, quelle idée de ne pas demander alors qu’il y a moyen de savoir ! Ma Belle-mère nous l’a « reproché » tout au long de la grossesse …

    Bref, un article que j’aprouve totalement !

    PS : j’apprends par la-même ta grossesse (en retard, moi? …) et donc FÉLICITATION ! Qu’elle se passe du mieux possible :)

    J'aime

    • C’est une chose que nous avions prévu de faire pour notre premier . Au diagnostic de la malformation on a préféré demander le sexe pour nous conforter dans l’idée d’avoir au moins une bonne nouvelle . Mais j’ai eu tout un tas de réflexions du type « oh ben on l’appelle comme du coup ? Machin ? », « Franchementqu’on ne puisse pas savoir ». « Je peux juste demander au gynéco de me le dire qu’à moi ».. les gens ne comprennent pas. Au laboratoire on m’a aussi dit que j’étais très étrange de ne pas vouloir savoir..
      Merci ma jolie 💙 oui à merveille !

      J'aime

  5. Oh comme je te comprends! Nous aussi, nous avons fait le choix de ne pas connaître le sexe pour notre 3ème. Au départ, c’était un défi que nous nous étions lancé pour la 2ème écho puis finalement cela nous a plu et nous avons décidé de tenir jusqu’à l’accouchement. Nous étions loin d’imaginer que cela rendrait l’accouchement encore plus magique et riche en émotions. Bien évidement, nous avons eu le droit à des remarques et parfois même à des tentatives de persuasion mais nous étions déterminés. Notre petite dernière va bientôt souffler sa 1ère bougie et nous sommes très fières d’avoir garder le cap, Je trouve que cela m’a permit de profiter pleinement de ma dernière grossesse d’autant plus que nous avons déjà une fille et un garçon donc le sexe nous importait peu :)
    Je vous souhaite plein de bonheur en famille!

    J'aime

  6. Je partage entièrement ton point de vue, je ne voulais pas savoir le sexe de mon bébé pour cette deuxième grossesse mais malheureusement tout ne se déroule pas comme prévu… On nous a annoncé un risque que ma grossesse se termine mal du coup je ressent le besoin de connaître le sexe de mon bébé car c’est la seule chose que je peux savoir pour le moment.
    J’espère pouvoir vivre une grossesse sans savoir le sexe pour mon troisième du coup :)

    J'aime

    • Oh non c’est pas vrai, qu’est ce qu’on t’a dit exactement ? Je comprends tout à fait. Pour notre premier nous ne voulions pas savoir et puis quand on nous a annlnce la malformation nous avons eu besoin de savoir.. 🐦

      J'aime

      • A l’écho t1 on a eu la mauvaise surprise de voir que bébé avait une clarté nucale de 6mm alors que le seuil est à 3… Donc risque d’une anomalie chromosomique et/ou d’une anomalie cardiaque. J’ai du faire une biopsie du trophoblaste et là on est dans l’attente terrible des résultats pour les soucis chromosomiques. Normalement on devrais avoir les résultats fin de semaine. Si il n’y a pas d’anomalies on devra faire une écho morphologique poussée vers 20sa et c’est qu’à ce stade qu’on pourra écarter tout problème. Malheureusement les médecins sont très pessimistes et ont déjà enterré notre bébé alors qu’on a quand même besoin de garder espoir.
        Du coup on va savoir le sexe de bébé en fin de semaine, c’est déjà ça ..

        J'aime

          • Les premiers résultats nous redonnent de l’espoir :) par contre on ne nous a pas dit le sexe on le découvrira a l’écho cardiaque (ça me réconforte au moins on ne l’aura pas su par téléphone)

            J'aime

  7. Je n’avais jamais réfléchi à cette question, j’avoue que je me suis toujours dit que je voudrais savoir… mais ton article fait réfléchir ! :) En revanche pour le prénom je sais déjà que je ne voudrais pas le dire, justement pour éviter des réflexions désagréables qui te font douter alors que c’est un choix vraiment personnel ! Dans tous les cas et pour tant de situations, je ne comprends pas pourquoi les gens n’arrivent pas à respecter des décisions qui ne les regardent absolument pas…

    J'aime

  8. Pingback: Aménager une petite chambre pour deux enfants | Petit bout de lui

  9. Pingback: Attendre un bébé RCIU, le suivi post natal 3/3 | Petit bout de lui

Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s