Toutes les questions que l’on se pose lorsqu’on attend son deuxième enfant

Avec cette deuxième grossesse, j’ai pu comprendre que préparer la venue de cet enfant n’avait rien à voir avec le sur-investissement que l’on avait pu faire pour notre premier.

Lorsqu’on attend son premier enfant, nous n’avons que lui à penser. Nos rêves, les préparatifs, les projets.. tout est tourné vers ce petit être qui va venir combler notre vie; et qui va chambouler un quotidien essentiellement tourné vers notre couple. Et puis finalement, quand ce deuxième vient se loger au creux de nous, on ne peut  pas penser qu’à cet enfant. Parce qu’il y en a un autre avant. Et cet ainé à le droit de garder sa place d’enfant privilégié pour encore quelque mois.. Je trouve même qu’il est indispensable de laisser sa place à cet ainé , même au coeur des préparatifs.

Il est d’autant plus difficile de répondre à toutes ces questions lorsque les enfants ont un écart d’âge (très) rapprochés. Du moins, ce ne sont pas les même questions qu’on se pose lorsqu’il y a davantage d’écart, puisque la plus part du temps dans ces cas là, le language est déjà bien engagé. Il est donc plus facile pour nous parents de répondre au bouleversement de notre ainé.

Dans cet article , je vais vous rediriger vers quelques articles que j’ai déjà écris qui peuvent être mis plus ou moins en lien avec ce que je vous dis. 

Quand parler de ce deuxième enfant à l’ainé ?

A chaque âge ses mots, son explications, ses questions et ses réponses.

Pour mon fils de 16 mois, il est évident qu’il ne peut réellement comprendre ce que « petit frère ou petite soeur » veut dire , mais également les mots « changement », « bébé », « amour »… etc. Il est donc assez compliqué de trouver les mots ou le bon comportement à aborder envers ce premier enfant, qui finalement n’a rien demandé à personne et qui dans quelques mois va subit un changement de vie radical.

Pour le moment, il voit bien que mon ventre change de forme (je suis enceinte de 17SA au moment où j’écris ce billet). Mais il est évident qu’il est bien trop tôt pour parler de ce nouveau bébé. Je le surprends d’ailleurs souvent à caresser mon ventre.

Entre 2 et 4 ans il n’est pas non plus nécessaire de leur dire trop tôt car ils n’ont pas la notion du temps. Ce qui de ce fait ne va qu’engendrer une angoisse pour lui parce qu’il attend quelque chose qui est sencé arriver maintenant et ne peut comprendre que ce n’est pas possible.

Valoriser son rôle de grand frère.

Plutôt que de mettre en avant sans cesse qu’une petite soeur ou un petit frère va arriver, il est important de lui montrer que c’est lui qui va devenir grand frère. Je m’explique.

Je pense qu’il est important de le valoriser lui dans ce nouveau rôle qu’il va devoir endosser, plutôt que de parler sans cesse de cette petite soeur ou de ce petit frère qui du coup prend déjà une place alors qu’il n’est pas là. Lui montrer qu’il va pouvoir avoir un nouveau lit, le choisir avec lui, le monter avec lui, le décorer avec lui etc.. sont des astuces sympathiques pour le mettre en avant.

Comment lui annoncer ?

Certains livres sont très bien adapté à cette situation pour expliquer réellement l’ouragan qui va venir chambouler toute la famille dans quelques mois/semaines. Si votre enfant est en âge de comprendre (notion/temporalité etc..) rien ne vous empêche de lui en parler quand bon vous semble, en abordant le sujet des copains qui ont déjà vécu cette situation. En parlant de notre propre histoire (lorsque nous sommes devenus grande soeur ou grand frère nous aussi).

Dès 2 ans

J’avais écris un billet sur la petite collection de Catherine Leblanc si cela vous intéresse plus en détail puisque je les ai à la maison.

Dès 4 ans

3-5 ans

Comment le préparer ?

Il faut tout d’abord le situer dans le temps (si il est en âge de s’y repérer). Soit en parlant avec des dates ou des évènements précis tel que Noël, Pacques ou les anniversaires « ton petit frère ou ta petite soeur arrivera après Noël.. » par exemple. Soit en réalisant une frise chronologique et l’installer dans le salon. Il peut aussi participer aux préparatifs tels que la chambre de bébé, le choix de son doudou etc.. Quoi qu’il en soit il est indispensable d’insister sur un point : votre amour pour lui ne changera pas !!!

A la naissance de ce nouvel enfant, je vous conseille de lui préparer une petite surprise, sous forme d’une boite à grand frère ou d’un simple cadeau. Cependant, je ne suis pas d’accord avec l’idée de lui « faire croire » qu’il s’agit d’un présent que lui apporte son petit frère ou sa petite soeur. Je pense que la place des parents lors de cet évènement est indispensable pour lui rappeler oh combien ils l’aiment. Lui dire tout simplement que c’est un cadeau que nous lui avons fait parce qu’on l’aime très fort me parrait plus approprié. Vous en pensez quoi ?

Le matériel de puériculture.

Faut-il racheter certains meubles ou autres matériels de puériculture ou faut-il passer l’ainé à la phase au dessus ?

Le lit

La grande question qui s’est posé chez nous c’est bien celle du lit. Mon fils de 16 mois dort toujours dans son lit à barreaux et clairement il n’est pas du tout prèt à passer dans un lit dit « de grand » ! Il aura tout juste 22 mois lorsque son petit frère ou sa petite soeur va naître.

Tout d’abord nous savons que le petit écureuil va faire du cododo jusqu’à ses 6 mois. Le petit panda en avait fait tout autant ! Les fausses idées du cododo . Et c’est ce cododo qui me questionne sur le fait d’acheter un nouveau lit à barreaux ou non. Logiquement on part du principe qu’il reste 6 mois de grossesse (un peu moins) et que le p’tit écureuil reste 6 mois dans notre chambre, cela remonte la question à dans un an. Je pense qu’on a largement le temps de mûrir la question.

L’ainé restera donc dans son lit à barreaux à la naissance de ton frère ou de sa soeur. Le p’tit écureuil ira quant à lui dans un lit cododo. Nous respecterons donc le rythme de chacun de cette manière. Le passage au lit à barreaux pour l’un et le lit de grand pour l’autre se fera doucement mais sûrement.

La chaise haute

Concernant ce matériel ci, nous sommes plutôt d’accord avec le papa. Nous mettrons sur la liste de naissance une chaise haute pour le grand. Puisque celle que nous avons utilisé pour l’ainé est super (la Chicco Polly Easy), elle fait transat, elle a déjà un réducteur etc.. Nous souhaitons donc prendre une chaise en bois pour mon ainé pour qu’il puisse manger directement à table avec nous, sans réducteur ni rien (la STOKKE). Encore une fois, je pense que ça va l’impliquer dans l’arrivée de ce petit être.

Les jouets

La notion de partage

La première question qui m’est venue à l’esprit est celle-ci : faut-il racheter des jouets ou non ? Et la réponse m’est venue tout aussi rapidement. Alors cela pourrait vous parraître paradoxal mais je pense que oui ! Et c’est essentiel ! 

Je pense qu’il est important d’apprendre la notion de partage à son enfant. Cependant chaque chose en son temps. Et ce n’est pas en obligeant son tout petit que ça va réellement lui apprendre quoi que ce soit puisque finalement il le fait par contrainte et parce qu’on l’oblige sans comprendre la réelle notion de partage. Je ne suis pas tellement d’accord avec ce principe.

N’oubliez pas que le cerveau a des compétences énorme pour aller vers l’autre et cela dès la naissance. Il n’a pas besoin d’être fasconé, puisqu’il a déjà ses compétences. Beaucoup de recherche d’ailleurs montrent que l’enfant est doté d’un naturel altruisme, empahique etc.. 
Aller vers l’autre est une forme de partage. Durant la première année de sa vie il excerce sa conscience de lui avec comme référent l’adulte. Quand il marche il va se questionner sur la position de l’autre. « Qui est cet autre que moi-même ? » ! Donc entre 0 et 3 ans il est impossible pour l’enfant de comprendre réellement ce que le mot « partage » veut dire.

Mieux imiter l’autre

Lorsque votre ainé va jouer avec un jouets, votre tout petit va vouloir prendre cet objet.  Sachez tout d’abord que c’est quelque chose de tout à fait normal. Et je suis contre l’idée qu’on oblige son grand à lui céder le jouet. Être ainé ne doit pas être un fardeau !

Le petit frère ou la petite soeur va vouloir innévitablement imiter l’autre puisqu’il s’identifie à lui. C’est un emprunt le temps de montrer que lui aussi il sait faire ce que l’autre entreprend. Donc il est indispensable à mon sens qu’il y ai deux fois les mêmes jouets (dans la mesure du possible évidemment). Je parle surtout des objets que l’on fabrique nous même (boîte de permanance, les instruments de musique, et autres activités), mais également les jeux symboliques (poupée, dinette (assiette, cuillère…))

7 réflexions sur “Toutes les questions que l’on se pose lorsqu’on attend son deuxième enfant

  1. Ton point de vue est très intéressant, je n’ai pas encore de petit deuxième dans mon ventre mais il est prévu pour dans quelques années, et malgré le temps qu’il me reste d’ici là je me pose déjà certaines question par rapport à ma puce qui perdra son statut de fille unique. J’espère que ta grossesse se passe bien, il paraît que la fatigue survient plus vite quand on doit s’occuper d’un aîné… ;)

    Aimé par 1 personne

    • Si il y a bien une chose qui peut te rassurer c’est qu’on se pose toujours un milliard de question que ce soit un premier, un second ou même une troisième aha. Oui effectivement la fatigue me frappe en continue et c’est assez usant de ne pas reussir à trouver un équilibre avec un premier qui demande toute son attention. Surtout que le petit panda n’a que 17 mois. Mais bon, concrètement il ne reste que 5 mois de grossesse ^^On va y arriver ihi

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis entièrement d’accord avec ton point de vue ^^ je crois que ma seule grosse crainte c’est que bébé 2 peut naître le même jour que Raphaël, j’angoisse pour rien je sais ^^’ J’ai le livre il y a une maison dans maman, il est top je trouve :)

    Aimé par 1 personne

    • Aha tqt pas on a tous notre lot d’angoisse. Ma hantise à moi ce serait d’accoucher chez moi (c’est pas ça qui m’effraie) et que mon p’tit panda se réveille ! Si ça doit se faire à la maison pour x raison, je ne veux surtout pas réveiller mon grand mdr ^^

      J'aime

        • Ha moi par contre je suis aussi zen que pour mon premier. Je laisse venir les choses. Je prépare un article sur la manière dont je me prépare à la naissance tout en ne suivant pas les cours de préparation à l’accouchement :) il sera bientôt en ligne :)

          J'aime

  3. Pingback: Préparer la venue de ce deuxième enfant | Petit bout de lui

Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s