♡ Les fausses idées du cododo

LE LIEN D’ATTACHEMENT

Le cododo n’est pas une pratique familière dans notre monde occidental, bien qu’il tend à être de moins en moins un sujet tabou. Cette pratique est complètement ancestrale dans beaucoup de pays, comme par exemple au Japon, en Chine, en Amérique du Sud, en Afrique… les bébés ne sont pas séparés de leur parents avant l’âge de 1 an. Et pour ceux qui souhaitent mettre en place cette pratique, on nous inquiète avec des phrases qui nous décourage d’avance. Combien de fois ai-je entendu un « pense à ta vie de couple », « tu lui donnes de mauvaises habitudes, il ne voudra jamais dormir dans son lit »… Alors je ne comprends pas ces avis arrêtés, qui finalement ne sont pas fondés.

La proximité avec sa mère n’est pas une mauvaise habitude mais bel et bien un besoin. Votre enfant est resté neuf longs mois dans votre ventre. Au milieu de votre odeur, de vos habitudes… Comment voulez vous qu’il se développe pleinement si vous lui demandez quelque chose qui lui est incapable de faire. Il est génétiquement fait pour dormir avec elle. Mettez vous dans un bassin rempli d’eau, dans lequel vous n’avez pas pied, et essayez de nager alors que vous ne savez pas comment faire ? N’aimeriez-vous pas que quelqu’un vous lance une bouée ? Ou vous apprenne à nager ? J’ai gardé mon fils auprès de moi durant cinq mois et une semaine. Tant il m’était inconcevable de m’en séparer. Il était là, collé au lit, dans son berceau. Je ne voulais pas non plus le brusquer. Alors j’ai attendu que ce soit lui qui me le fasse comprendre.
Et encore aujourd’hui, lorsqu’il en ressent le besoin, il dort avec nous, se qui le calme instantanément. Comme par exemple, lorsqu’on dort chez des amis, que le lit parapluie et le lieu qui lui est inconnu l’angoisse. Ou encore lorsqu’il est malade. J’ai d’ailleurs remarqué que lorsqu’il est malade, il se réveille énormément de fois dans son lit, tandis que lorsqu’il est dans le lit près de moi, les réveils se font rares…
Alors pourquoi ne pas répondre à ses besoins naturels pour l’aider à s’épanouir pleinement ?

Ce billet n’est en rien pour imposer une quelconque pratique ! Je partage juste mes recherches, ainsi que mon expérience. Bien que je connaisse énormément de personne qui ne le pratique pas, et dont les enfants ont une relation totalement fusionnelle​ et géniale avec leur parents. De fait, ceux qui ne le pratique pas ne sont pas de mauvais parents ! Loin de là, et je suis d’ailleurs preneuse de vos avis s’ils sont à l’opposé du mien ;)  de plus, si vous ne vous sentez pas confiant dans cette démarche, je vous la déconseille fortement. Vous risquez de subir la situation plus qu’autre chose. 

Capture d_écran 2017-05-17 à 22_Fjrqotor

LA MORT SUBITE DU NOURRISSON

Il est très courant de lire et d’entendre des tas de personnes nous dirent qu’on risque d’écraser notre bébé pendant notre sommeil.. mais personne ne peut leur expliquer qu’une mère développe un espèce de radar inter-galactique dès la naissance de son bébé; qui s’appelle « l’instinct maternel ». Ouloulou que la nature est bien faite dit-donc. Le moindre souffle bizarre, une respiration qui ralentie, le petit qui bouge.. tout est propice à la mère pour qu’elle se réveille mille fois dans la nuit pour vérifier tout ça. Elle en profitera pour lui faire des bisous, le caresser, le toucher.. Tout un tas de gestes qui ne feront qu’accentuer ce lien fusionnel et unique qui se crée tous les jours un peu plus.

ÇA L’EMPÊCHE DE GRANDIR

Vous connaissez tous cette fameuse technique d’éducation, qui met en avant le fait de donner à l’enfant un sentiment de sécurité et de protection, ce qui lui donnera confiance en lui pour devenir autonome ! Et bien, là c’est la même chose. Cette base de sécurité renvoie à la théorie de l’attachement. « Et c’est bien lorsque les besoins de proximité sont satisfaits, que l’individu peu s’éloigner de sa figure d’attachement pour explorer le monde extérieur ». De plus, je peux vous assurer que ce n’est pas moi qui est pris la décision de le mettre dans sa chambre, mais bel et bien lui. Comme je peux tout à fait comprendre qu’un enfant n’en ai pas besoin et ira chercher son lien d’attachement d’une autre manière.

PLUS DE PHASES DE SOMMEIL LÉGER

Il est prouvé qu’un cododo engendrera des phases de réveils plus courts. Votre enfant et sa mère se réveilleront donc davantage, un peu comme un instinct primitif de survit et de protection.. se qui réduira les risques de mort subite du nourrisson (encore une fois). Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un enfant qui dort seul dans son lit, aura beaucoup plus de phase de sommeil profond à un âge où les mécanismes d’éveils ne sont pas encore au point. Ce qui pourrait engendrer des apnées du sommeil un peu plus longues​ que la normale.

L’ALLAITEMENT

Rien de mieux pour la maman. Et je sais de quoi je parle, parce que j’ai allaité mon p’tit panda. Le cododo évitera à la mère de se lever plusieurs fois dans nuit pour nourrir son bébé, se qui la fatiguera beaucoup moins. Un radar invisible se mettra en route quelques minutes avant que le bébé ne pleure pour demander à manger. Ce qui facilitera le sommeil du papa et pourra réveiller la maman tout en douceur avant de mettre son bébé au sein. Le cododo, évitera également de déplacer l’enfant d’une pièce à l’autre; ce qui le laissera dans une atmosphère zen, calme et sombre (et qui pour ma part, à facilité le rapport nuit/jour). Et je dois dire que je dormais beaucoup mieux quand il était auprès de moi parce que je n’avais pas à me lever.. ah et c’était sans compter sur le fait que mon fils prenait une tétée vers 7h et se rendormait jusqu’à 10h. Je faisais donc beaucoup de grasse matinée !!!!
Il faut aussi savoir, que les mamans qui dorment avec leur bébé, ont plus de tétées la nuit (ce qui peut donc être une contrainte). Cependant, l’enfant reste dans une phase de semi-endormissement ce qui est excellent pour leur organisme.

SE RÉVEILLER DANS LE NOIR

Combien de fois nous avons entendu qu’un enfant qui se réveille dans le noir, aura du mal à se rendormir. Et je sais de quoi je parle parce que le p’tit panda fait des terreurs nocturnes depuis qu’il a été hospitalisé à 7 semaines de vie. Je vois bien la différence, maintenant qu’il dort dans sa chambre, il met beaucoup plus de temps à se rendormir. Se réveiller en face de sa maman ne peut que le rassurer de manière instinctive grâce à l’odeur. Vous saviez que le peau à peau durant la phase de sommeil, réduisait la production d’hormone de stress de 74% (d’après une étude). Bon et puis c’est quand même mieux de s’endormir en compagnie de quelqu’un. On le fait bien avec notre conjoint.

FACE À FACE AVEC SA MÈRE

Cette position est idéale pour l’enfant afin qu’il inhale le CO2 de sa mère, ce qui augmente les mouvements respiratoires chez les mammifères. De fait il y aura moins de risques que l’apnée du sommeil, chez certains enfants ne dure trop longtemps. Bon et puis c’est sans compter la confiance que vous permettez à votre enfant d’avoir en lui. Le peau à peau reste merveilleux et ne peut qu’accentuer la relation que vous aurez avec lui. Ce n’est pas pour rien que si c’est une pratique que l’on met en place pour les prématurés (je parle bien du peau à peau, vous me suivez ?!) De plus, comme je vous le disais un peu plus haut, l’enfant est resté neufs mois dans le ventre de sa mère (en théorie), il est donc programmé génétiquement et biologiquement pour dormir avec elle. L’odeur de sa maman est son premier repère.

La mort subite du nourrisson dû au cododo est un mythe. C’est en réalité la manière de le mettre en place qui est un facteur de risque.

Alors pour cela, je vous propose de vous faire un petit rappel des quelques « règles à suivre » si vous souhaitez mettre en place du co-spleeping, qui a été rédigé par l’UNICEF.

  • Le matelas doit être ferme et plat.
  • Il existe des petits lits qui se placent à coté du lit parental.
  • Aucune couverture ou drap ne soit recouvrir la tête de votre enfant (aussi logique que si vous le mettiez dans son lit)
  • La pièce ne doit pas être trop chaude.
  • Il ne faut pas trop couvrir votre enfant (autant que vous en fait).
  • Ne jamais laissé la possibilité à votre enfant de s’emmitoufler dans un oreiller.
  • Cela va être logique, mais ne jamais laisser votre enfant seul.
  • Toujours dire à votre compagne ou votre compagnon que votre enfant est dans le lit.
  • Ne pas dormir avec des animaux.
  • Ne pas laisser votre enfant du côté du bord.

 

L’OMS, l’UNICEF et la COFAM (coordination française pour l’allaitement maternel) recommandent le partage de chambre pendant les 6 premiers mois pour diminuer le risque de mort subite du nourrisson, et fournissent une liste détaillée des règles de sécurité à adopter pour le partage de lit en toute sécurité…

Libre à vous de le mettre en place ou non maintenant que vous avez toutes les clés pour le faire au mieux. Alors si l’envie vous en dit, lancez-vous. Mais ne vous forcez pas si ce n’est ni un besoin pour vous ou votre enfant.

18 réflexions sur “♡ Les fausses idées du cododo

  1. Je t’avoue franchement qu’avant d’être maman, je trouvais que les gens qui dormaient avec leur bébé étaient bien dégénérés…. ! Et puis, une fois de l’autre côté de la barrière… on voit les choses autrement !
    Même si je n’ai jamais réussi à dormir avec mes enfants dans mon les rares fois où je l’ai fait (impossible de faire autre chose que somnoler vaguement ) je comprends vraiment les parents (et les enfants) qui apprécient cela !
    Je pense que si je devais tester le concept, un petit lit de cododo juste à coté de moi me semblerait une bonne option :D

    En tout cas merci pour cet article très détaillé !!

    Aimé par 2 people

    • J’étais exactement comme toi ! Je trouvais ça super dangereux.. et puis quand mon fils est né, j’ai immédiatement ressenti le besoin de le protéger (est-ce en lien avec le diagnostic de la malformation pendant la grossesse, ou juste un besoin maternel) je ne sais pas.. J’ai donc pris le petit berceau de famille, qui est assez bas (un peu comme un lit cododo) pour le coller à mon lit. je pouvais le toucher et me coller à lui autant de fois que je le voulais. Le passage dans sa chambre et son lit s’est fait tout en douceur, et c’est bel et bien lui qui me l’a fait comprendre.
      Et tu vois, depuis hier il a une laryngite et une trachéite, du coup il se réveillait toutes les 15 minutes à cause de ses glaires. Je l’ai mis avec nous dans le lit.. et miracle.. plus de réveils. C’est fou. Et bizarrement, je ne sais pas comme mon premier bébé réagirait si je faisais du cododo (j’entends par là, toujours dans le berceau) avec mon second bébé.. comment ne pas créer la jalousie ? Trouver le juste milieu.. là encore c’est un tout autre sujet :)
      Des bisous ma belle <3

      Aimé par 2 people

  2. J’aime bien ton article. Complet et précis ! J’aime aussi quand tu dis que c’est lui qui l’a décidé… Car ici, 2 enfants et 2 histoires complétement différentes : Ma fille, que j’ai allaité mais qui a dormi dans sa chambre et dans son lit dans le retour de la maternité, sans problème et qui faisait des nuits de 12h avant ses 2 mois ! La question ne s’est donc clairement même pas posée ! Vous pouvez me haïr mais il y a une justice : son frère !
    Nous ne dormions pas au même étage que sa chambre (nous avions déménagé entre temps), je l’allaitais donc sans faire du réel cododo, son lit a été installé dans notre chambre… Et les nuits ont été atroces (et à 4 ans, ce n’est pas encore complétement réglé), il a donc finit assez régulièrement dans notre lit… Ils nous a clairement imposé le cododo (merci les coliques notamment). Il a réintégré sa chambre vers 6 mois, mais cela n’a pas été beaucoup plus simple par la suite !

    Alors que chacun fasse comme il veut, comme il peut, avec ses envies, ses croyances et ses enfants (avec leurs besoins propres). Concentrons nous sur nos familles plutôt que sur ce que fait le voisin. Tout le monde s’en portera mieux !!

    Bonne journée

    Virginie

    Aimé par 2 people

    • Le mien a fait ses nuits à 2 semaines de vie, miracle ? Allez savoir comment et pourquoi ? J’attends au tournant son frère ou sa soeur aha !! Oh oui chacun fait il le sent, pour ma part, avoir mon bébé dans le même lit que moi aurait été très compliqué, c’est pour cela que j’ai opté pour le berceau familial collé au lit. Ce qui m’énerve c’est lorsque des membres de la famille ou des amis qui ont fait différemment, se permettent de te dire ou te faire comprendre que ce que tu fais est mal. Et que lorsque tu démontres par « x » ou « y » que c’est ainsi que « tu souhaites faire » et bien ça ne convient toujours pas..
      Pas simple, cependant, lorsque ce n’est pas un choix de votre part. Je ne sais quels auraient été mes réactions si il avait du s’imposer à nous. Le berceau à côté de moi, m’allait tout à fait. Je pense que c’est surtout mon conjoint qui ne l’aurait pas supporté, ce que j’aurai compris. Pas simple, pas simple..
      Belle journée à toi, bisous :)

      Aimé par 1 personne

  3. Ton article est très bien, détaillé, et sur bien des arguments, je comprends tout à fait. Maintenant, je t’avoue en toute honnêteté que je ne suis pas convaincue. D’une part, parce que même minimes, je crois qu’il y a quand même un risque pour l’enfant, que je ne pourrais personnellment pas prendre. Et par ailleurs – ce système peut sans doute effectivement bien convenir à l’enfant, mais moi, en tant que mère, ne m’aurait pas convenu. Dormir à côté d’un bébé, qui fait beaucoup de bruit, je n’y arrive pas trop ; et cette fusion totale, que l’on recherche je crois – et je la comprends – avec le cododo, c’est trop pour moi, j’avais besoin que parfois le fil avec mon bébé se relâche pour me recentrer sur moi. Alors, oui, je comprends tes arguments, je les respecte. Mais pour moi, le cododo c’est pas possible! Même en allaitant, je préfère vraiment me lever. (petite nuance – il y a « cododo » = berceau dans la chambre parentale, collé au lit ou non ; et « cododo » total, dans le lit. C’est surtout ce dernier qui ne me correspond pas du tout. Bien que mes filles aient toujours dormi dans leur chambre, sans souci ni traumatisme je crois). PS : je ne te juge absolument pas, ma belle! Chacune a sa façon de fonctionner avec son enfant, ce n’est juste pas la mienne!

    Aimé par 1 personne

    • Oui, pour ma part j’avais opté pour le berceau collé au lit. Il y avait donc des barreaux en bois qui nous séparaient mais qui me laissaient le place pour pouvoir le toucher si besoin était. Je pense que celui qui n’aurait pas supporter avoir systématiquement son bébé entre nous, c’est le papa. Ce que je peux totalement comprendre. Je n’aurai pas supporté d’avoir cette culpabilité constante sur moi.
      Personnellement j’avais besoin de cette proximité, après ma fausse couche, j’avais besoin de vivre pour deux cet amour. Bien que c’était occasionnel, j’ai adoré avoir mon fils près de moi quand il n’allait pas bien. Une amie a moi, a mis son fils dans sa chambre dès le retour de la maternité aussi. Elle s’est pris un raz de marée de réflexion parce que ce « n’était pas bien ».. et même venant du personnel de santé. Alors comment veux-tu qu’on est confiance en nous si à chaque décision prises tout le monde met son grain de sel. Pas simple de mettre une distance entre les « autres » et soi-même.
      Oh je sais que tu ne me juges pas ma jolie, ne tqt pas, je retranscris dans ce blog tous les sujets sur lesquels j’ai envie de discuter, et celui-ci en faisait partie. Parce que je me prends énormément de réflexions concernant le fait que je prenne mon fils avec moi quand, au bout du 40e réveils, je prends la décision de le mettre auprès de moi. Surtout que je sais que c’est radical. Aujourd’hui il est dans sa chambre (et ce, depuis quelques mois déjà) et le dodo se passe à merveille. Et ce sont ces petites exceptions que je savoure aussi.. C’est pas à 14 ans qu’il fera ça aha, youyou la pré-adolescence. Tiens ça aussi ce serait un sujet pas mal dans quelques années mdr !!
      Des bisous ma jolie :)

      J'aime

  4. Je suis d’accord avec tous les points que tu abordes. Notamment avec l’instinct maternel que l’on développe et qui est très différent lorsqu’on allaite (lorsque j’allaitais je ne peinais pas à me réveiller la nuit mais lorsque j’ai arrêté… aïe aïe aïe !).

    Notre fille a dormi dans notre chambre jusqu’à ses un mois. On a ensuite décidé de la mettre dans sa chambre et c’est à partir de ce moment là qu’elle a fait ses nuits. Je pense donc que c’est comme tout, il faut adapter à l’enfant et ne pas le forcer à faire du cododo s’il n’en veut pas. Notre fille ne semble pas aimer dormir avec nous. Notre respiration semble la gêner et nous, nous sommes réveillés au moindre bruit. Dormir dans la même chambre chez des amis est donc assez… compliqué. Dormir dans le même lit est aussi impossible, elle ne veut dormir QUE dans son lit.

    Après personnellement, on ne va pas s’en plaindre, bien au contraire. Se retrouver à deux le soir avec une petite fille qui est bien dans son lit, ça nous permet d’avoir une petite soirée tranquille où on peut se retrouver en amoureux sans stresser.

    J'aime

    • Comme je te comprends. Par contre je n’avais pas pensé à un truc, mais si on met le petit dans le lit ça veut dire qu’on doit se coucher en même temps ? Oh.. nous aussi on a toutes nos soirée en amoureux, le p’tit panda adore son lit ! Et il est vrai que pour l’allaitement c’était le top aha et qui sait si le p’tit deuxième aimera ça..
      Des bisous 😘

      J'aime

  5. Personnellement je n’ai pas dormi avec bébé, mais je comprends ton point de vue ! Dans la culture occidentale il est mal vu de rester coller à son enfant alors que dans d’autres cultures on ne se pose pa sua question, je ne parle pas que pour la nuit mais aussi pour le portage. Tu as très bien imagé cette impression pour le bébé, il est 9 mois avec la mère (elle aussi met 9 mois à s’habituer au fait qu’elle a bébé dans le ventre et pouf elle devrait ne pas ressentir le besoin d’un contact avec son enfant) et il arrive dans un monde inconnu et pour lui son seul repère c’est sa mère, l’en priver est un peu barbare.
    La nuit il ne dormait pas avec nous mais la journée il pouvait passer des heures à dormir contre émoi et lorsqu’il ne va pas bien il finit la nuit avec nous.
    En comparaison avec les animaux, les singes dont nous sommes le plus proche, les bébés restent constamment agrippés à leur mère…parfois je me dis que l’Homme en évoluant a parfois oublié l’essentiel et devrait prendre exemple sur les animaux !

    J'aime

  6. Bel article, que j’aurais lu totalement différemment avant d’avoir mon fils… A l’époque, j’étais capable de dire des phrases du genre « Il faut qu’il aie son autonomie » « C’est important de garder son intimité de couple ».

    Ce n’est que pendant mon dernier mois de grossesse que j’ai réalisé que ne visualisais pas du tout un nourrisson de quelques jours seul dans sa chambre. Viiiite, il me fallait un couffin. Ainsi, pendant 2 mois, il a dormi à côté de moi, dans son lit.
    Et puis, j’ai réalisé que ça n’allait pas : il fallait qu’il soit plus proche ! Le Bon Coin à la rescousse, viiiite, il me fallait un lit de cododo !
    Ouf, là, on était bien ! Vers ses 6 mois, j’ai commencé à en avoir marre de partager ma chambre, surtout au moment du coucher, alors on est passé en semi cododo : il s’endort dans la sienne, et nous rejoint à son premier réveil. Et depuis, on fonctionne ainsi (sauf qu’il ne se réveille plus \o/)

    Tout ça pour dire : il y a des tonnes de manières différentes de faire du cododo ! On peut partager son lit, sa chambre, un peu, beaucoup, passionnément. L’important, c’est de trouver le juste milieu qui convienne à tous et ensuite, ça n’est que du bonheur ! (Après des mois de cododo, j’ai été très triste le premier matin où le visage de mon fils n’a PAS été la première chose que j’ai vu au réveil !)

    Aimé par 1 personne

    • Merci :)
      Effectivement il y a un millier de manière de le mettre en place ihi l’essentiel étant de respecter les choix de chacun (bébé et parents) ! Allala le bon coin, quel sauveur pour moi aussi aha

      J'aime

  7. Pingback: Zen / Homéopathie et terreurs nocturnes | Petit bout de lui

  8. Ma petite dernière est née début juillet. Et je profite encore du cododo dans notre propre lit. Je la place au milieu de nous deux et comme je continue à l’allaiter elle est plus proche de moi. C’est reposant pour elle et pour moi de ne pas avoir à changer de pièce. Et pour tout avouer, j’aime tellement la sentir près de moi et je sens la réciprocité. Je n’écoute plus les commentaires négatifs sur le cododo et je fais en sorte qu’elle soit en sécurité en éloignant toute couverture ou oreiller, seul le coussin de grossesse délimite son emplacement (mais à distance de sa tête). Je n’ai pas profité du cododo avec mes deux grands et cette fois je compte bien en profité jusqu’à temps qu’elle me fasse comprendre qu’elle ne veut plus. Même mes deux grands aiment venir me faire un câlin dans notre lit le matin. Il faut profiter de ce bonheur et ce plein d’amour !

    Aimé par 1 personne

    • Comme je te comprends, j’en ai profité durant 6 merveilleux mois ! Que ce soit dans le berceau collé à mon lit ou directement dans le lit avec moi. C’est lui qui m’a fait comprendre qu’il fallait changer nos habitudes. Ces moments restent graver ! J’ai tellement aimé faire du cododo. Aujourd’hui mon p’tit panda a bientôt 14 mois et je dois dire que lorsque je le mets avec nous il a plutôt tendance à vouloir faire la fête qu’autre chose aha 😂
      Des bisous tout doux !

      Aimé par 1 personne

Qu'en pensez vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s